Le rôle de l’agence immobilière à Marrakech dans la baisse du déficit en logements

immobilier a marrakech

Le secteur de l’immobilier au Maroc est un secteur en mouvement constant. De nombreuses évolutions sont en cours et beaucoup d’autres sont en train d’être mises en place. L’agence immobilière à Marrakech acquiert en même temps beaucoup plus d’importance et de notoriété. En effet, les agences immobilières sont incontournables dans la chaîne créée par une transaction immobilière. La plupart des acheteurs ou des vendeurs, travaillent avec une agence immobilière qui leur sert de point de repère par rapport aux différentes offres disponibles sur le vaste marché de l’immobilier disponible sur le site http://www.cotemedina.com/2000-2018-marche-riads-a-marrakech/.

Interventions du Ministère de l’habitat face au déficit en logements au Maroc

L’on peut se rendre compte en faisant un tour dans une agence immobilière dans la ville, à Marrakech, que la demande est forte. Les personnes qui ont besoin de logements sont de plus en plus nombreuses. Le déficit se renforce parce que de nombreuses mesures sont prises par le ministère de l’habitat afin de venir à bout des phénomènes sociaux que sont les habitations en ruines, les quartiers qui manquent d’équipement, les bidonvilles et autres fléaux de société. Des dizaines de villes au cœur du Royaume chérifien sont concernées par ces phénomènes. Pour 2014 l’un des principaux objectifs du ministère Marocain de l’habitat est de déclarer 14 villes supplémentaires sans bidonvilles. Les villes visées par cet objectif sont entre autres Tanger, Settat, Smara, Al Hoceima. Le ministère dispose en ce moment de près de 20 400 logements qui servent à reloger les familles délogées. Toutefois le nombre de familles à reloger est à redéfinir dans certaines villes, où il s’est avéré plus grand que ce qui avait été annoncé, Casablanca, Kénitra ou encore Rabat font partie des villes concernées.

A ces 20 400 logements, viendront se rajouter environs 40 560 autres logements qui sont déjà achevés. Ces logements seront certainement attribués par le ministère lui-même et non par une agence immobilière à Marrakech ou ailleurs. De plus 27 000 logements ont été mis en construction. On a l’impression que le nombre de logements disponibles augmente et le nombre de bidonvilles enregistrés diminue de la même manière. L’année 2013 a vu se rajouter à la liste des villes sans bidonvilles, quatre villes, faisant un total de près soixante villes au total débarrassées de bidonvilles. Au total ce sont 230 087 familles qui ont profité jusqu’à l’heure actuelle du programme « ville sans bidonvilles ». Les habitations en état de ruine devraient être traitées d’ici le courant de l’année 2014, principalement dans 7 villes, Zagora, Safie, Salé, Meknès en font partie. Au niveau national, 43 734 bâtiments sont sujets à des effondrements. Pour le moment, 9 000 bâtiment sont traités par le ministère depuis 2013, dans les villes de Casablanca, Béni-Mellal et bien d’autres, pour un investissement total de 2,5 milliards de dhs. Précisons qu’avant cela des programmes avaient déjà été mis en route à Fès et Marrakech.